Spam, anti-spam, mta, email, fqdn

Comment augmenter la délivrabilité de vos emailing ?

Posted in Astuces et conseils, Emailing, Mail et serveur de mail by fqdn on 17 octobre 2014

delivrabilite-des-emailsL’une des plus grosses peur des e-marchands qui lancent régulièrement des campagnes d’emailling (souvent à travers de newsletters) est d’être considéré comme un spammeur et de se retrouver blacklisté. Quels en sont les effets ? Souvent, ils sont bien dramatiques : le nombre de visites chute considérablement, entraînant aussi une baisse des achats, il y a une chance pour que les clients qui suivaient le site en question ne viennent plus puisqu’ils ne reçoivent plus de nouvelles à travers un mail, etc… Comment cela se produit-il ? En réalité c’est d’une simplicité enfantine et effrayante puisque – parfois – le blacklistage peut-être fait par erreur. En effet, quand un utilisateur considère que le mail qu’il reçoit est du spam (ou qu’il veut tout simplement se désabonner d’un fil d’actualité), il range l’adresse de l’expéditeur dans le dossier des courriers indésirables. Sauf que, parfois, en faisant ça, il envoie – sans le savoir – un message à son fournisseur internet que ce dernier comprend comme une plainte. Au bout de plusieurs messages de ce genre, le fournisseur bloque vos mails (temporairement ou définitivement suivant leur magnanimité) et il est impossible de discuter avec eux.

 

Dans cet article nous allons tenter de vous expliquer pourquoi et comment votre campagne d’emailling est soudainement considérer comme du spam. Nous vous expliqueront quoi faire pour y remédier, quelles sont les astuces existantes pour ne pas tomber dans ces travers et les logiciels existants pour contourner les logiciels anti-spams des utilisateurs.

 

Pourquoi avez-vous été qualifié de Spammeur alors ce la n’a jamais été votre intention ?

 

Plusieurs raisons explique ce fait. Nous allons dans cette partie vous présentez les plus importantes et les défauts qu’il vous faudra absolument corriger.

 

– Un renvoi soudain sans autorisation : Vous avez des clients qui ont passés commande sur votre site par le passé (il y a quelques semaines, mois, années) et vous souhaitez lancer une campagne d’emailling sans demander l’autorisation à ces anciens clients qui ne souhaitent peut-être pas, ou plus commander sur votre site.

Une conférence et des gens qui n’ont rien demandés : votre plateforme en ligne a du succès. Pour la faire connaître encore plus, vous décidez de faire une conférence. À la fin, on vous remet une liste de tous les participants (avec tous leurs mails). Ces gens là sont venus, mais n’ont rien demandés et – pire encore – n’ont pas donnés leur accord pour recevoir vos messages : ceci est considéré comme du spam.

– Les gens inscris qui n’ont fait que visiter : vous avez des utilisateurs qui se sont inscrits un jour mais juste à titre de visite. Vous avez effectivement récupérer leur formulaire d’inscription dans lequel figure leur adresse mail. Ces gens reçoivent parfois des newsletters (qu’ils n’ont jamais demandés) alors que – possiblement – ils ne se souvient même plus avoir visiter le site.

Les autres exemples de ce genre sont encore nombreux. Comme vous l’avez sans doute remarqués, ils concernent principalement le fait de ne pas avoir l’accord du potentiel client/visiteur. Tant que vous n’avez pas l’accord de la personne, n’envoyez pas vos newsletters professionnels à ces contacts, sinon vous aurez toutes les chances de les irriter et d’être signalé en tant que spammeur. Le double-optin est donc conseillé, voir obligatoire : conformer auprès du client qu’il est d’accord pour recevoir des emails.

 

Petit témoignage de Jean-Paul Lieux, P-DG de Dolist : « Être blacklisté représente le problème numéro un aujourd’hui. On connaît des entreprises dont les infrastructures sont totalement restreintes dans l’envoi d’e-mails. Non pas parce qu’elles ont envoyé du spam mais elles ont envoyé des milliers de mail à des milliers de gens qui n’en avaient rien à faire. »

 

 

Que faire pour que mail ne soit pas considérer comme un spam ?

 

Partie 1 – La forme du mail

– Les Majuscules : Vous devez absolument éviter les majuscules (sauf en début de phrase, bien évidemment). Si l’utilisateur possède une adresse mail, c’est très sûrement parce-qu’il n’est pas aveugle. Une écriture en lettre capitale agace, agresse l’œil et ne donne absolument pas envie de vous lire.

– Les caractères spéciaux : Dans le même genre, évitez les caractères spéciaux trop fréquents ou les ponctuations (pas de « !!!!!!!!! » à la fin de vos phrases pour souligner une certaine excitation ou le caractère exceptionnel de votre offre (pareil pour les « ????? »). Comme les majuscules, vous aurez tendance à agacer votre lecteur.

– Faites bien attention à votre code HTLM : Vous avez décider de donner une image particulière à votre mail et c’est tout à votre honneur. Cependant, une simple erreur dans ce code et votre message pourrait ne plus ressembler à rien et être considéré comme du spam car non soigné.

Ration : Respecter un ratio texte/image correct, qui n’agresse pas. Généralement, on recommande 40% d’image et 60% de texte ou 30% d’image et 70% de texte.

– L’importance de l’apparence : Sachez qu’on estime entre 70% et 80% de surpression de mail si les destinataires estiment que le mail est laid ou mal optimisé.

 

 

Partie 2 – Le contenu du mail

L’objet du mail : Il doit rester simple. N’essayez pas d’embobiner le client à base de superlatifs ou en enjolivant la réalité. Le client n’est pas un imbécile. Des mails de ce genre, il en reçoit sans doute beaucoup. Par ailleurs, un mail court et percutant est plus appréciable qu’un roman électronique.

– Les mots à éviter : Il y a des mots qu’il faut éviter (ou au moins limiter) car ils sont beaucoup utilisés par les spammeurs avérés. Ces termes sont : « gratuit », « argent », « facile », « cliquez ici », « urgent », « gagnez »… Évitez aussi de mentionner des grosses sommes d’argents ou des gros chiffres.

– Peu d’images : comme dit précédemment, limitez absolument les images. Votre mail n’est pas un catalogue. Un mail possédant zéro image est parfois même très apprécié.

– Déclinez votre identité : Présentez-vous, dites rapidement quel est votre rôle dans la société et ce que vous proposez. C’est important puisque le client aura forcément plus confiance en quelqu’un dont il connaît un minimum de chose comparée à un inconnu qui lui promettra monts et merveilles.

– Personnalisez votre mail : Vous ne trouvez pas que c’est désagréable de recevoir des dizaines de mails similaires ? Les clients ne sont pas dupes, ils savent que ce genre de mail est un parfait copier-coller impersonnel. Dans votre mail, mettez au moins le prénom de votre potentiel client. Puis demandez-lui comment lui ou elle va. Si jamais il ou elle a commander sur votre site quelques temps auparavant, faites y référence et demandez-lui si le ou les produits lui plaisent.

– Le désabonnement : Dernier point et sûrement le plus important. Proposez et laissez bien visible le lien qui permet de se désabonner du fil d’actualité. Pourquoi ? Et bien même si cela est malheureux si plusieurs de vos abonnés ne souhaitent plus recevoir de mails, il vaut mieux essuyer quelques désabonnements plutôt que d’être reconnu comme spammeur. Vous ne pensez-pas ?

 

 

Partie 3 – L’adresse mail et le mode d’envoi

– Diversifiez vos noms de domaines et vos adresses mail : Suivant le programme dont vous voulez faire la publicité (campagne de fidélisation, de promotions, de soldes…), nous vous conseillons de changer d’adresse. L’usager aura donc l’impression de ne pas recevoir trop de mails du même émetteur. Cependant, ne changez pas à chaque nouvelle campagne. Gardez un même groupe d’adresses.

– Maîtrisez la fréquence : Une cadence trop soutenue aura vite-fait de vous envoyer dans la case du « spam ». D’ailleurs, les serveurs laisseront passer une partie des mails mais – s’il y en a trop – ils considéreront le reste comme du courrier indésirable.

– Évitez de vous acharnez : Vous serez aussi considérer comme spammeur si vous continuez d’envoyer des messages à une adresse mail qui ne répond plus, qui est supprimée ou à un utilisateur qui ne prend même plus la peine d’ouvrir vos mails. Vérifiez régulièrement ces deux points dans votre base de données. Cela a un impact direct sur votre délivrabilité.

– L’option : Lors de l’inscription d’un nouvel utilisateur, faites en sorte que ce nouveau venu puisse choisir ou non de recevoir vos mails puis – s’il accepte – envoyez lui un mail lui demandant de confirmer sa volonté.

– La précision : Nous vous conseillons aussi de préciser, lors de l’inscription d’un nouveau potentiel client, de préciser la fréquence de vos envois et surtout de vous y tenir. Si vous annoncer un envoi mensuel, ne vous étonnez pas s’il l’on vous considère comme spammeur si en réalité, c’est un envoi bi-mensuel ou même hebdomadaire.

– Le choix du serveur : Pour plus de sécurité, vous pouvez passer par un serveur dédié pour envoyer vos mails de campagne. Car ces serveurs ont une certaine notoriété : une marque de confiance. Le seul problème est que cette solution est payante. Vous pouvez opter pour Amazon SES qui est l’un des moins chers et des plus fiables du marché.

– Les ADSL particuliers : (Free, Orange…). Evitez de les utiliser pour déployer votre campagne. Ils sont beaucoup moins permissifs. Vous avez de grandes chances – si ce n’est une obligation – d’être black-listée à la moindre plate.

 

 

 

Outils de vérification pour vous éviter d’être considéré comme un spammeur

 

Lorsque vous envoyez un mail à un utilisateur, vous vous exposez à plusieurs risques. Peut-être que l’adresse n’existe plus ou a été supprimée ou il existe une barrière anti-spam (installée sciemment ou inconsciemment par les internautes). Il existe, pour vérifier ces deux détails, de nombreux logiciels que nous allons vous présenter dans la suite de cet article.

 

– Spam Score Checker : Son usage est gratuit. Cependant il faut s’inscrire sur le site du logiciel pour pouvoir le télécharger et l’utiliser. Son rôle est d’analyser les adresses mails visées. Une fois ceci fait, l’utilisateur reçoit un rapport sur son taux de spam. Il a ainsi la possibilité de modifier son mail afin de corriger ses erreurs pour éviter la corbeille des courriers indésirables.

– Email Spam Checker : Son but est de vérifier la qualité et la validité de votre courrier (un « spam test »). Il relève aussi les éventuels défaillances ou problèmes qui feraient que votre mail soit rejeté.

– Mail Tester : Il réduit les rejets (et donc augmente votre délivrabilité). Il recherche aussi les liens « brisés » (ce sont des liens qui ne mènent nul part) qui rendent le mail indésirable. Il analyse aussi les barrière anti-spam des utilisateurs. De plus, il compare votre adresse IP (ou plutôt, celle de votre serveur) aux listes noires effectuées par les fournisseurs d’accès internet.

– Mailling Spam Check : Beaucoup de logiciel de ce genre sont en ligne et ne nécessitent pas de téléchargement. Celui-là si, mais il est gratuit. Ce logiciel est assez complet puisqu’il possède plusieurs filtres et tests complets. Une fois qu’ils sont tous fait il vous envoie un taux de spam. Plus le score est bas plus le courrier à de chance d’être lu et de ne pas être considéré comme un courrier indésirable.

 

D’autre part, la base d’adresses emails étant capital, il est vital d’utiliser une base d’adresses propre, nous vous conseillons de procéder au nettoyage de votre base de donnes d’adresses emails avant l’envoie. Pour cela il existe un service gratuit en ligne : MyGoodBase, qui permet de nettoyer automatiquement votre base d’adresses emails.

 

 

Sources :

http://www.itespresso.fr/emailing-essentielle-delivrabilite-comment-eviter-etre-percu-spammeur-76825.html

http://www.webmarketing-com.com/2014/06/23/28707-emailing-b2b-delivrabilite-en-18-points

http://www.altospam.com/actualite/2014/01/des-outils-de-verification-des-emails-pour-eviter-detre-considere-spammeur/

http://www.insidedaweb.com/emailing-direct-mail-marketing/preparation-intiale-email-marketing/emailing-comment-eviter-detre-classe-en-tant-que-spam/

http://www.altospam.com/actualite/2008/10/eviter-detre-considere-comme-spammeur/

http://www.emailing-factory.fr/blog/eviter-que-son-mailing-soit-considere-comme-du-spam

http://www.emarketinglicious.fr/webmarketing/delivrabilite-emails-9-conseils-pas-passer-en-spam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] L'une des plus grosses peur des e-marchands qui lancent régulièrement des campagnes d'emailling (souvent à travers de newsletters) est d'être considéré comme un spammeur et de se retrouver blacklis…  […]

  2. […] Source: fqdn.fr […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :