Sécurité informatique : des collaborateurs peu regardants


Nous l’avons vu dans divers articles, les salariés des entreprises sont les premiers à pouvoir mettre en péril leur société et principalement au niveau de la sécurité informatique. On le sait aujourd’hui les braqueurs n’ont plus de cagoules ni même d’armes mais un clavier d’ordinateur et bien souvent ils se trouvent loin du lieu qu’ils veulent espionner ou piller, ils s’appellent les hackers.


Mais comment les entreprises peuvent lutter contre leurs propres salariés ? Comment peuvent-ils être sûrs qu’une fuite ne partira pas dans les méandres du net ou à une tierce personne ? bien que les sanctions disciplinaires soient radicales dans ce genre de situation comme le licenciement, dans certains cas, si l’entreprise possède des données de protection nationale, la sanction peut être bien plus lourde comme de la prison ou une amende record.
Nous alarmons aujourd’hui sur ce sujet car d’après une récente étude de DELL, de nombreux employés seraient susceptibles de partager des informations confidentielles sans forcément être au courant que cela puisse mettre en péril l’entreprise. Mais ce qu’à constater DELL également, c’est que les salaries sont quelque part pris entre deux feux. Ils doivent en effet être efficaces et productifs tout en maintenant la sécurité des données, ce qui est parfois difficile voire impossible.
Les chiffres qui ressortent de cette étude sont assez effrayant puisque l’on apprend que trois employés sur quatre indiqueraient qu’ils pourraient partager des informations dans certaines circonstances. Par exemple, 43% d’entre eux le feraient si le manager le leur demande, 37% si la personne avec qui ils partagent est habilité à recevoir les informations transmises et 23% si l’appréciation du risque est faible par rapport au bénéfice élevé que cela peut apporter.
Effrayant car n’importe quel hacker digne de ce nom peut prendre a défaut l’identité d’un collaborateur de confiance et recevoir ces informations tout à fait légitimement. D’Autant plus que les secteurs d’activité d’où ressortent ces chiffres sont des secteurs a risque comme des secteurs financiers, éducation nationale ou encore la santé.
C’est un débat long et nous ne dirons jamais assez qu’il est important pour chaque collaborateur de se prémunir de ce genre de risque. Le salarié est bien souvent caché derrière son ordinateur et se croit à l’ abri de tout risque mais un simple clic peut avoir des conséquences désastreuses. Il y a aujourd’hui dans certaines entreprises des formations que les employeurs mettent à disposition de leur salarié pour éviter ce genre de bévues, calculer les risques et essayer de dénicher le faux du vrai. Par ailleurs les services de sécurité interne font tout leur possible pour filtrer le maximum de mail entrant ou encore ne pas autoriser les collaborateurs à se rendre sur des sites internet dit à risque.
Chaque collaborateur en ouvrant son ordinateur et en envoyant des informations confidentielles et une cible pour un hacker. On ne parle ici que de l’échange d’informations mais les pièges sont bien plus nombreux, soyez donc attentifs à tout ce qui vous parez bizarre et informez votre hiérarchie ou service de sécurité informatique si le moindre doute naît.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :