Quels sont les 10 virus informatiques qui nous ont le plus marqués ces dernières années?


Depuis que l’informatique est née, il existe des virus visant à nuire d’une quelconque manière. Même si les techniques pour se protéger se renforcent de jour en jour, il demeure encore pour les  grosses failles une brèche ouverte propice au piratage.

La meilleure défense reste encore votre cerveau et vos bonnes habitudes. Ne les perdez donc pas et restez toujours sur vos gardes, car une erreur d’appréciation est toujours possible et les dégâts qu’elle peut engendrer peuvent être catastrophique dans certains cas. Faisons donc le tour ensemble des 10 virus qui ont le plus marqué l’histoire même si malheureusement d’autres dans l’avenir feront encore sans aucun doute parler d’eux.

Alors que toutes nos données deviennent numériques, les hackers redoublent d’ingéniosité pour développer des virus informatiques toujours plus performants et dangereux. Si vous n’avez pas installé d’antivirus sur votre ordinateur, ce top 10 des pires virus connus en 2016, devrait finir de vous convaincre de vous équiper…

Commençons donc ce top 10 par le virus « Iloveyou » qui comme son nom l’indique vous veut du bien (non je rigole). Blague à part, la pièce jointe d’Iloveyou si ouverte aurait pu vous être fatale. Combien de fois nous l’avons dit ici, n’ouvrez jamais une pièce jointe d’un correspondant que vous ne connaissez pas, c’est la base. Car dans le cas d’Iloveyou, à peine ouverte, le ver informatique caché dans cette pièce jointe modifiait les fichiers de l’ordinateur et accédait au carnet d’adresses pour s’auto-envoyer aux contacts. Conséquence pour l’utilisateur, un net ralentissement de son ordinateur !

Poursuivons avec CryptoLocker qui avait lui pour but de consulter vos emails, mais un message apparaissait avec un compte à rebours et vous sommez de payer une rançon, si vous ne payez pas, vos données été détruites. Ce virus a sévi et sévi peut-être encore depuis 2013. Continuons avec le virus jigsaw qui vous sommez lui de régler la rançon en une heure sous peine également de détruire vos fichiers, à croire que l’émetteur aurait pu être le même. Ensuite, il y a eu petya qui avait pour but de paralyser votre système ce qui était extrêmement embêtant notamment pour les entreprises car il pouvait paralyser toute la production. D’ailleurs conscient que ce virus puisse empêcher l’entreprise de poursuivre ses activités, les rançons demandées par PETYA pour rétablir la situation étaient souvent très élevées.

Faisons un dernier tour d’horizon des différents virus qui ont marqué les esprits avec notamment locky qui fut très répandu en 2016 et qui était comme les précédents, c’est-à-dire sous forme de rançongiciel. Il y eu aussi Heartbleed qui extirpait tous vos mots de passe même les plus cachés, freak, qui exploitait une faille une faille de sécurité du protocole TLS et qui pouvait se connecter à votre compte bancaire en ligne et le vider en un clin d’œil !

Finissons avec Stuxnet, Regin et Waledac. Ces trois-là ont donné de nombreux cheveux blancs aux chercheurs et experts en sécurité informatique. En effet pour Stuxnet découvert en 2010 et qui fut conçu directement par la NSA elle-même, les chercheurs ont démontré que le ver pouvait s’attaquer aux centrifugeuses iraniennes d’enrichissement d’uranium. Capable de modifier la vitesse de rotation des machines, jusqu’à leur destruction, il a permis en 2010 de faire tomber en panne simultanément toutes les centrifugeuses chargées d’enrichir l’uranium qui devait servir à créer une bombe nucléaire en Iran.

Toujours créé par la NSA et en collaboration avec son homologue britannique, le Government Communications Headquarters (GCHQ), Regin avait pour mission principale de collecter des données en en prenant le contrôle total d’ordinateurs cibles. Il permettait à souhait d’espionner des conversations téléphoniques, de récupérer des emails, voir en direct ce que l’on écrivait sur  l’ordinateur, prendre des captures d’écrans, voler les mots de passe… Actif depuis 2008, il aurait servi à espionner notamment les institutions européennes et l’entreprise de télécommunications Belgacom. Enfin, éradiqué en 2010 par microsoft, le virus Waledac a sévi pendant longtemps.  Il sévissait grâce à l’envoi massif de spam avec près de 1,5 million de messages envoyés chaque jour. Waledac est sans conteste l’un des botnets les plus pénibles jamais conçus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :