Cyberattaques les investissements en startups menacés ?


Le titre base cet article sur les startups mais il pourrait tout aussi bien s’étendre jusqu’aux groupes multinationaux le problème ne connaît aujourd’hui plus de limite. On parle des attaques informatiques.

Tout le monde est donc touché à ce jour et les virus font trembler petites entreprises comme grandes car les conséquences des cyberattaques sont de plus en plus graves et menacent parfois bien plus que de simples comptes en banque.

Après Fed/Ex, Merck et Maersk l’an dernier, c’était au tour de Facebook, il y a deux semaines, de voir 50 millions de ses comptes piratés. Plus personne n’est aujourd’hui à l’abri, une étude menée en 2018 par le groupe d’audit et de conseils Mazars, auprès de 203 dirigeants de grandes entreprises et d’ETI, montre d’ailleurs que 40% des entreprises industrielles ont déjà subi une cyberattaque.

Les dirigeants des entreprises commencent donc à être très vigilants avant d’investir dans un objet connecté ou un outil numérique. Quand on sait que 50 000 PME françaises ont déjà été victimes de cyberattaques et près d’un tiers d’entre elles ont subi un dommage financier en 2017, on comprend mieux pourquoi. Les hackers ont toujours une longueur d’avance, ça, nous le savions déjà mais où cela pose un réel problème, c’est que les attaques sont de plus en plus pointues. En cause : une évolution et une professionnalisation des pratiques. Malgré les barrières de sécurité établies par les entreprises, leurs attaques deviennent de plus en plus ingénieuses et combinent différentes méthodologies, à l’image du rançongiciel, un virus qui bloque l’accès à un ordinateur, voire à tout un système, et exige le paiement d’une rançon pour restituer les données ainsi que le contrôle des appareils.

Mais les conséquences inattendues de ces attaques créées du coup une certaine ambiguïté entre startups et investisseurs qui voient leur élan freiner par manque de sécurité informatique ne les incitant donc pas à investir. L’image des startups est donc ternie à moins qu’elle ne prouve son réel investissement dans un système de sécurité fiable, en gros passé de 3% à 10% d’investissement sur la sécurité informatique avant démarrage de la startup. Selon la spécialité de la startup, le souci pourrait être encore plus grand. En effet, la complication se pose d’autant plus lorsqu’il s’agit d’objets connectés, de plateformes numériques ou d’applications dont les datas sont développées et conservées par les startupeurs. La première précaution à prendre est donc d’investir bien plus que la normale avant le démarrage, c’est-à-dire 3 fois plus qu’en temps normal. Ensuite, il faut laisser la machine travailler car la solution miracle n’existe pas encore mais avec un tel investissement au départ, la startup inspire confiance et permet de rassurer d’éventuels investisseurs.

Nous l’avons vu dans un précédent article, l’intelligence artificielle est actuellement au cœur des débats quant à son utilisation dans les réseaux afin de servir de véritables boucliers anti-faille et anti-intrusion. Il est vrai que l’idée est enchanteresse mais nous en sommes qu’aux balbutiements de l’IA et elle est en train d’être actuellement testée dans de nombreuses entreprises à travers le monde. Les premiers résultats devraient être concluants et arriveront courant d’année 2019, certainement lors du prochain salon dédié à la sécurité informatique de Monaco en octobre prochain. En attendant, Les actions vont surtout sur la formation et les échanges d’expériences des employés afin qu’ils puissent déjà acquérir les connaissances et compétences nécessaires sur les outils numériques qu’ils vont utiliser. Cela leur permettra par la suite de faire face aux risques de cyberattaques ou au moins en détecter une afin de prévenir rapidement  le service sécurité informatique de l’entreprise.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :